J'ai commencé à punaiser mes recherches sur le mur. Je voulais travailler sur l'accumulation des pensées d'un prisonnier fictif. Des pensées, des envies, des images, qui, une fois sorties de sa tête se seraient retrouvées collée au mur de sa cellule, à ronger cette barrière.

 

blog3

blog4

blog5

blog6

blog2

blog1